Catégories
Hommages

Nogent-sur-Seine, qu’adviendra-t-il des Grands Moulins, suite au rachat du Groupe Soufflet

Nogent-sur-Seine, commune du Grand Est, riche d’un patrimoine industriel hors du commun est témoin du rachat d’un de ses fleurons économiques: le groupe Soufflet. Transaction symbolique qui met en lumière l’importance de l’agro-alimentaire passé, présent et futur de la commune.

Article publié le 09/02/2021 par Imene Sahbi

Nogent-sur-Seine, petite commune de la région Grand Est, a fait parler d’elle ce mois de janvier 2021. Le grand public la connaît probablement pour la centrale nucléaire qu’elle abrite. Et pourtant c’est sa longue histoire de ville céréalière qui la propulse à la Une des médias régionaux, début janvier 2021. Que se trame-t-il alors aux frontières du Grand Est et de l’Ile de France ?

Sommaire:

  1. Groupe Soufflet, un rachat exceptionnel !
  2. Les Grands Moulins, comment est né ce bâtiment hors normes ?
  3. Soufflet, Sassos : quand la passion familiale rime avec réussite entrepreneuriale
  4. Nogent-sur-Seine et l’industrie agro-alimentaire

Groupe Soufflet, un rachat exceptionnel !

Acteur majeur de l’économie agricole nationale et internationale, attaché historiquement à la commune de Nogent, le groupe Soufflet annonce début janvier des négociations pour son rachat par le géant Invivo, un groupe d’union de coopératives françaises.

Capture écran Extrait d’article. Source: france3-regions.francetvinfo.fr

Objectif affiché des négociations : la volonté d’affronter plus efficacement les nombreux défis liés aux secteurs agro-alimentaires. Pour l’économie française, le but à long terme est l’émergence « d’un champion français agricole et agroalimentaire d’envergure internationale de premier plan », nous confie le groupe dans une de ses communications du site Soufflet.com.

Cette mise en lumière médiatique de la transaction Soufflet-Invivo est une belle occasion de rendre hommage au patrimoine architectural lié à la production céréalière de Nogent-sur-Seine. Patrimoine architectural né de la passion des entreprises familiales pour leurs activités.

N’oublions pas, Nogent-sur-Seine, c’est d’abord une grande capitale de la production céréalière du bassin parisien. Et comme toutes Capitales, nous aimons visiter ses monuments. Embarquons pour une visite virtuelle des Grands Moulins de Nogent-sur-Seine, grand bâtiment style cathédrale, surplombant la Seine.

Les Grands Moulins, comment est né ce bâtiment hors normes ?

Avant la construction des Grands Moulins, se trouvait à Nogent-sur-Seine comme dans la plupart des communes de la Brie un simple moulin d’époque classique, bâti sur trois niveaux et couvert d’un toit d’ardoise.

Pierre-Just Sassot, propriétaire de l’infrastructure depuis 1880, laisse à ses deux fils ce moulin ainsi que deux autres dans la région. Ce petit édifice, Gustave Flaubert l’évoque dans son œuvre monumentale L’Éducation sentimentale. En cliquant sur le lien du site de la ville, nogentsurseine.fr, vous trouverez des précisions sur les relations entre l’illustre romancier et la commune.

1908 marque le début de l’histoire des Grands Moulins. C’est l’année de l’édification du bâtiment tel qu’on le connait aujourd’hui. Que s’est-il passé à Nogent-sur-Seine en ce début du XXème siècle ?

En 1907, le moulin de la famille Sassot prend feu.

Source: Archives départementales de l’Aube

Cet incendie signera la naissance du projet de construction des Grands Moulins. Remarquable par son ampleur, le projet des Frères Sassot rompt avec une conception traditionnelle des moulins français.

Le bâtiment, gigantesque pour l’époque, s’élève sur cinq niveaux. La façade, orientée vers l’amont, alterne des rangées de briques blanches et rouges. Les fenêtres de 28 mètres de hauteur donnent l’impression au spectateur d’être minuscule ! Avec leurs hautes arcades en plein cintre, elles écrasent le reste du paysage urbain. Véritable cathédrale du début du XXème siècle, ce bâtiment donne le vertige !

La tour Horloge, conçue avec un réservoir d’eau au cas ou…, domine un toit en terrasse. L’ensemble monumental fait sensation à l’époque, et encore aujourd’hui.

Moins d’un siècle plus tard, en 1990, l’activité céréalière des Grands Moulins cesse. Actuellement, le bâtiment est utilisé pour des activités tertiaires par le groupe Soufflet. Témoignage du paysage culturel de la région, le bâtiment Grands Moulins est accessible à la visite seulement à l’occasion de portes ouvertes.

Soufflet, Sassos : quand la passion familiale rime avec réussite entrepreneuriale

1/ Les Frères Sassot : la passion pour renaître de ses cendres

Quand en 1907, les Frères Sassot, propriétaires du moulin évoqué par Flaubert, voient leur héritage partir en fumée, pas question de rester passifs. Face à cet évènement douloureux, le désir de transmission de l’héritage familial reprend ses droits… Désir qui propulse les frères Sassot ! Avec une vision moderniste de l’activité de production céréalière, ils continuent à entreprendre.

Déterminés à performer l’héritage familial, ils décident de reconstruire.

Source: Archives départementales de l’Aube

Double objectif atteint : marquer les esprits de leur temps en proposant un édifice à la hauteur de leurs ambitions, investir dans les techniques les plus avancées présentes en Europe.

Royaume-Uni, Pays-Bas, Allemagne, Suisse, autant d’étapes utiles à leur formation. Pour réunir toutes les techniques modernes du début du XXème siècle, ils vont partout là où c’est nécessaire.

Huit mois plus tard, le projet voit le jour avec la participation de l’architecte Clément de Romilly-Sur-Seine, l’entrepreneur-constructeur Corcelle de l’Essonne, les établissements rémois Demay Frères…

L’entreprise aux multiples appellations « minoterie Sassot frères », puis S.A. des Grands Moulins de Nogent-sur-Seine, … actuellement Groupe Soufflet a connu les restructurations nécessaires pour s’adapter à son temps. C’est en 1994 que le groupe Soufflet acquière cet ensemble architectural, un patrimoine sauvé, reflet d’une passion commune.

2/ Soufflet : la passion à l’assaut du monde agro-alimentaire

Soufflet, ce grand nom de l’entreprenariat français dans le domaine agro-alimentaire aujourd’hui, est le fruit de la passion pour l’entreprenariat d’une famille nogentaise.

Dès 1927, Jean Soufflet, agriculteur nogentais prend en main l’entreprise familiale. En 1939, le 1er silo de forme carré est érigé en bord de Seine. Et avec le chemin de fer qui joue un rôle clé dès 1947, l’entreprise Soufflet accroît ses dépôts de grains, placés le long des voies ferrées.

Soufflet: De l’entreprise familiale à l’actionnaire majoritaire d’une holding.

S’enclenche alors une genèse de la réussite entrepreneuriale avec exportation, diversification de la production…

Agro-fournitures, service Roll’on, conseils techniques aux agriculteurs… Les services de l’entreprise s’intensifient, diversifiés et sur mesures.

Dès les années 70, la boîte démarre la création de filiales à l’étranger, s’implante dans l’industrie agro-alimentaire avec des acquisitions de marques, de sociétés de recherche développement… Puis consolide son implantation internationale dans la malterie, la meunerie.

Source: Soufflet.com

Aujourd’hui présente partout sur le globe, Amérique latine, Inde, Russie pour ne citer que de grands territoires, le groupe continue sa Succès Story tout en s’adaptant aux besoins des marchés locaux.

Forte d’une offre ultra diversifiée à l’international, Invivo mise sur LA poule aux œufs d’or pour accélérer son développement.

Dans la course à l’optimisation financière que se livrent les grands groupes, l’investissement de Soufflet dans l’économie nogentaise gardera-t-il une place privilégiée après le rachat par Invivo ?

Nogent-sur-Seine, en accueillant actuellement un laboratoire de recherche et développement du groupe ainsi qu’une malterie, devrait garder sa position de chouchou local.

Nogent-sur-Seine et l’industrie agro-alimentaire

Tandis que les moulins de la Brie pouvaient servir à diverses fonctions, depuis le IX -ème siècle, ceux de Nogent-sur-Seine servent à la fabrication de farine. Pourquoi ? Simplement parce que les besoins de la capitale française en quantités de farine explosent. Des besoins inévitables puisqu’il s’agit de nourrir une population en constante augmentation. Dans ces conditions, investir dans le site de Nogent-sur-Seine pour le moderniser est une idée de génie. Et c’est ce que font très tôt les négociants nogentais, ils sont parmi les premiers à rénover leurs infrastructures.

Pour continuer à augmenter leurs rendements, parmi les plus élevés du bassin parisien, dès le XIXe siècle, l’industrialisation des moulins est massive. Des cylindres en fonte remplacent les meules traditionnelles, et on met en place des turbines pour révolutionner l’énergie hydraulique. Tout cela en vue de répondre à la demande croissante du marché parisien.

Source : Collection JPH AZEMA. Etayages des appareils à cylindres, Grands Moulins de Nogent-sur-Seine, 1908

Parler d’industrialisation de l’agro-alimentaire nous amène à rappeler le rôle fondamental de l’ENSAM, École nationale supérieure d’arts et métiers de Châlons-en-Champagne, dans la formation des ouvriers qualifiés, des contremaîtres, des mécaniciens ou des dessinateurs. En 1907, le brevet d’ingénieur des Arts et Métiers est lancé. Et c’est entre 1900 et 1912 que s’ouvrent trois nouveaux centres, Cluny, Lille et Paris. Avec ces centres, le nombre d’élèves formés passe à 1600. De Châlons sortent les élèves destinés à se disperser dans tout le quart Nord-Est du pays, là où les besoins sont présents.

Source: fondation Arts et Métiers

Après 1945, avec la mise au point des engrais liquides, la
Champagne se transforme en un vrai Eldorado. Les plaines crayeuses du sud des Ardennes, de la Marne et de l’Aube sont LES grandes étendues céréalières. Dans un paysage ouvert, les silos se dressent au-dessus des cultures, véritables sentinelles, symboles de richesse et de pouvoir.

Silos de Nogent-sur-Seine. Source : doc pdf http://www.patrimoineindustriel-apic.com/

N’oublions pas le rôle de la SNCF dans le développement de ce secteur clé de l’économie. Après le traumatisme de la Seconde guerre mondiale, le temps est à la reconstruction, à la reconquête des territoires.

Depuis 45, l’entreprenariat agro-alimentaire français a montré ses réussites, adoptant des stratégies de conquêtes internationales… qui méritent plus d’un article pour en parler.

Si cet article vous a été utile ou simplement informé, penser à laisser un commentaire pour m’encourager à persévérer. Vous pouvez aussi partager l’article à vos amis curieux 🧐.

👣Suivez Histoires près de Soi sur Facebook

📬Recevez notre Newsletter en vous inscrivant ci-dessous

Retour vers la page Accueil

Par Histoires près de Soi

Rendre hommage à la beauté qui m'entoure, objectif recherché avec mon blog Histoires près de Soi.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s