Catégories
Hommages

Nogent-sur-Seine, qu’adviendra-t-il des Grands Moulins, suite au rachat du Groupe Soufflet

Article publié le 09/02/2021 par Imene Sahbi

Nogent-sur-Seine, petite commune de la région Grand Est, a fait parler d’elle ce mois de janvier 2021. Le grand public la connaît probablement pour la centrale nucléaire qu’elle abrite. Et pourtant c’est sa longue histoire de ville céréalière qui la propulse à la Une des médias régionaux, début janvier 2021. Que se trame-t-il alors aux frontières du Grand Est et de l’Ile de France ?

Sommaire:

  1. Groupe Soufflet, un rachat exceptionnel !
  2. Les Grands Moulins, comment est né ce bâtiment hors normes ?
  3. Soufflet, Sassos : quand la passion familiale rime avec réussite entrepreneuriale
  4. Nogent-sur-Seine et l’industrie agro-alimentaire

Groupe Soufflet, un rachat exceptionnel !

Acteur majeur de l’économie agricole nationale et internationale, attaché historiquement à la commune de Nogent, le groupe Soufflet annonce début janvier des négociations pour son rachat par le géant Invivo, un groupe d’union de coopératives françaises.

Capture écran Extrait d’article. Source: france3-regions.francetvinfo.fr

Objectif affiché des négociations : la volonté d’affronter plus efficacement les nombreux défis liés aux secteurs agro-alimentaires. Pour l’économie française, le but à long terme est l’émergence « d’un champion français agricole et agroalimentaire d’envergure internationale de premier plan », nous confie le groupe dans une de ses communications du site Soufflet.com.

Cette mise en lumière médiatique de la transaction Soufflet-Invivo est une belle occasion de rendre hommage au patrimoine architectural lié à la production céréalière de Nogent-sur-Seine. Patrimoine architectural né de la passion des entreprises familiales pour leurs activités.

N’oublions pas, Nogent-sur-Seine, c’est d’abord une grande capitale de la production céréalière du bassin parisien. Et comme toutes Capitales, nous aimons visiter ses monuments. Embarquons pour une visite virtuelle des Grands Moulins de Nogent-sur-Seine, grand bâtiment style cathédrale, surplombant la Seine.

Les Grands Moulins, comment est né ce bâtiment hors normes ?

Avant la construction des Grands Moulins, se trouvait à Nogent-sur-Seine comme dans la plupart des communes de la Brie un simple moulin d’époque classique, bâti sur trois niveaux et couvert d’un toit d’ardoise.

Pierre-Just Sassot, propriétaire de l’infrastructure depuis 1880, laisse à ses deux fils ce moulin ainsi que deux autres dans la région. Ce petit édifice, Gustave Flaubert l’évoque dans son œuvre monumentale L’Éducation sentimentale. En cliquant sur le lien du site de la ville, nogentsurseine.fr, vous trouverez des précisions sur les relations entre l’illustre romancier et la commune.

1908 marque le début de l’histoire des Grands Moulins. C’est l’année de l’édification du bâtiment tel qu’on le connait aujourd’hui. Que s’est-il passé à Nogent-sur-Seine en ce début du XXème siècle ?

En 1907, le moulin de la famille Sassot prend feu.

Source: Archives départementales de l’Aube

Cet incendie signera la naissance du projet de construction des Grands Moulins. Remarquable par son ampleur, le projet des Frères Sassot rompt avec une conception traditionnelle des moulins français.

Le bâtiment, gigantesque pour l’époque, s’élève sur cinq niveaux. La façade, orientée vers l’amont, alterne des rangées de briques blanches et rouges. Les fenêtres de 28 mètres de hauteur donnent l’impression au spectateur d’être minuscule ! Avec leurs hautes arcades en plein cintre, elles écrasent le reste du paysage urbain. Véritable cathédrale du début du XXème siècle, ce bâtiment donne le vertige !

La tour Horloge, conçue avec un réservoir d’eau au cas ou…, domine un toit en terrasse. L’ensemble monumental fait sensation à l’époque, et encore aujourd’hui.

Moins d’un siècle plus tard, en 1990, l’activité céréalière des Grands Moulins cesse. Actuellement, le bâtiment est utilisé pour des activités tertiaires par le groupe Soufflet. Témoignage du paysage culturel de la région, le bâtiment Grands Moulins est accessible à la visite seulement à l’occasion de portes ouvertes.

Soufflet, Sassos : quand la passion familiale rime avec réussite entrepreneuriale

1/ Les Frères Sassot : la passion pour renaître de ses cendres

Quand en 1907, les Frères Sassot, propriétaires du moulin évoqué par Flaubert, voient leur héritage partir en fumée, pas question de rester passifs. Face à cet évènement douloureux, le désir de transmission de l’héritage familial reprend ses droits… Désir qui propulse les frères Sassot ! Avec une vision moderniste de l’activité de production céréalière, ils continuent à entreprendre.

Déterminés à performer l’héritage familial, ils décident de reconstruire.

Source: Archives départementales de l’Aube

Double objectif atteint : marquer les esprits de leur temps en proposant un édifice à la hauteur de leurs ambitions, investir dans les techniques les plus avancées présentes en Europe.

Royaume-Uni, Pays-Bas, Allemagne, Suisse, autant d’étapes utiles à leur formation. Pour réunir toutes les techniques modernes du début du XXème siècle, ils vont partout là où c’est nécessaire.

Huit mois plus tard, le projet voit le jour avec la participation de l’architecte Clément de Romilly-Sur-Seine, l’entrepreneur-constructeur Corcelle de l’Essonne, les établissements rémois Demay Frères…

L’entreprise aux multiples appellations « minoterie Sassot frères », puis S.A. des Grands Moulins de Nogent-sur-Seine, … actuellement Groupe Soufflet a connu les restructurations nécessaires pour s’adapter à son temps. C’est en 1994 que le groupe Soufflet acquière cet ensemble architectural, un patrimoine sauvé, reflet d’une passion commune.

2/ Soufflet : la passion à l’assaut du monde agro-alimentaire

Soufflet, ce grand nom de l’entreprenariat français dans le domaine agro-alimentaire aujourd’hui, est le fruit de la passion pour l’entreprenariat d’une famille nogentaise.

Dès 1927, Jean Soufflet, agriculteur nogentais prend en main l’entreprise familiale. En 1939, le 1er silo de forme carré est érigé en bord de Seine. Et avec le chemin de fer qui joue un rôle clé dès 1947, l’entreprise Soufflet accroît ses dépôts de grains, placés le long des voies ferrées.

Soufflet: De l’entreprise familiale à l’actionnaire majoritaire d’une holding.

S’enclenche alors une genèse de la réussite entrepreneuriale avec exportation, diversification de la production…

Agro-fournitures, service Roll’on, conseils techniques aux agriculteurs… Les services de l’entreprise s’intensifient, diversifiés et sur mesures.

Dès les années 70, la boîte démarre la création de filiales à l’étranger, s’implante dans l’industrie agro-alimentaire avec des acquisitions de marques, de sociétés de recherche développement… Puis consolide son implantation internationale dans la malterie, la meunerie.

Source: Soufflet.com

Aujourd’hui présente partout sur le globe, Amérique latine, Inde, Russie pour ne citer que de grands territoires, le groupe continue sa Succès Story tout en s’adaptant aux besoins des marchés locaux.

Forte d’une offre ultra diversifiée à l’international, Invivo mise sur LA poule aux œufs d’or pour accélérer son développement.

Dans la course à l’optimisation financière que se livrent les grands groupes, l’investissement de Soufflet dans l’économie nogentaise gardera-t-il une place privilégiée après le rachat par Invivo ?

Nogent-sur-Seine, en accueillant actuellement un laboratoire de recherche et développement du groupe ainsi qu’une malterie, devrait garder sa position de chouchou local.

Nogent-sur-Seine et l’industrie agro-alimentaire

Tandis que les moulins de la Brie pouvaient servir à diverses fonctions, depuis le IX -ème siècle, ceux de Nogent-sur-Seine servent à la fabrication de farine. Pourquoi ? Simplement parce que les besoins de la capitale française en quantités de farine explosent. Des besoins inévitables puisqu’il s’agit de nourrir une population en constante augmentation. Dans ces conditions, investir dans le site de Nogent-sur-Seine pour le moderniser est une idée de génie. Et c’est ce que font très tôt les négociants nogentais, ils sont parmi les premiers à rénover leurs infrastructures.

Pour continuer à augmenter leurs rendements, parmi les plus élevés du bassin parisien, dès le XIXe siècle, l’industrialisation des moulins est massive. Des cylindres en fonte remplacent les meules traditionnelles, et on met en place des turbines pour révolutionner l’énergie hydraulique. Tout cela en vue de répondre à la demande croissante du marché parisien.

Source : Collection JPH AZEMA. Etayages des appareils à cylindres, Grands Moulins de Nogent-sur-Seine, 1908

Parler d’industrialisation de l’agro-alimentaire nous amène à rappeler le rôle fondamental de l’ENSAM, École nationale supérieure d’arts et métiers de Châlons-en-Champagne, dans la formation des ouvriers qualifiés, des contremaîtres, des mécaniciens ou des dessinateurs. En 1907, le brevet d’ingénieur des Arts et Métiers est lancé. Et c’est entre 1900 et 1912 que s’ouvrent trois nouveaux centres, Cluny, Lille et Paris. Avec ces centres, le nombre d’élèves formés passe à 1600. De Châlons sortent les élèves destinés à se disperser dans tout le quart Nord-Est du pays, là où les besoins sont présents.

Source: fondation Arts et Métiers

Après 1945, avec la mise au point des engrais liquides, la
Champagne se transforme en un vrai Eldorado. Les plaines crayeuses du sud des Ardennes, de la Marne et de l’Aube sont LES grandes étendues céréalières. Dans un paysage ouvert, les silos se dressent au-dessus des cultures, véritables sentinelles, symboles de richesse et de pouvoir.

Silos de Nogent-sur-Seine. Source : doc pdf http://www.patrimoineindustriel-apic.com/

N’oublions pas le rôle de la SNCF dans le développement de ce secteur clé de l’économie. Après le traumatisme de la Seconde guerre mondiale, le temps est à la reconstruction, à la reconquête des territoires.

Depuis 45, l’entreprenariat agro-alimentaire français a montré ses réussites, adoptant des stratégies de conquêtes internationales… qui méritent plus d’un article pour en parler.

Si cet article vous a été utile ou simplement informé, penser à laisser un commentaire pour m’encourager à persévérer. Vous pouvez aussi partager l’article à vos amis curieux 🧐.

👣Suivez Histoires près de Soi sur Facebook

📬Recevez notre Newsletter en vous inscrivant ci-dessous

Traitement en cours…
Terminé ! Vous figurez dans la liste.

Retour vers la page Accueil

Catégories
Hommages

Ces DESSINS qui nous ANIMENT !

L’année 2020 se termine et nous restons avec nos questions, parfois nos doutes. Pour moi, peut-être que pour vous aussi, cette année aura eu l’excellent effet de m’interroger sur ce qui m’anime…

La vie by Covid, proximité de la fin de soi, la mort, ça paralyse pas mal alors

A quoi s’accrocher pour rester 💓animée ?

Mon programme, c’est « plongée en enfance » , direction mes dessins animés préférés. Avec le recul, j’ai conscience de l’importance de cet héritage !

Alors je vous propose un feedback dans les années 80 avec mon Top 3 Dessins Animés les plus 💔 !

Pour les plus pressés, Vidéo

💔💔💔pour « Jeanne et Serge »

Coup de foudre au match de Volley Ball… Ce dessin animé japonais, diffusé en France à partir de août 1987 dans l’émission Youpi, l’école est finie de La Cinq m’a littéralement marqué !

On nous fait partager le quotidien d’une jeune lycéenne, Jeanne. Elle se passionne pour le Volley Ball, par la même occasion tombe amoureuse du beau capitaine de l’équipe masculine du lycée, Serge.

Je crois que c’est le générique qui m’a le plus accroché, alors le voici ! 1ère immersion !

Cette jeune fille « forte, volontaire et amoureuse » , tout à fait moi quoi😉!

L’identification au personnage a fonctionné à merveille, j’ai même fait un parcours de volleyeuse avec l’Association Sportive du collège!

Que de beaux souvenirs … Je vivais chaque match avec le souvenir de ses supers services, les smatchs…

D’où vient le nom français du dessin animé?

Dans les années 80, il était coutumier d’européaniser le nom des dessins animés. Mais passer de Atakkā Yū! en japonais à Jeanne et Serge, sachant que Serge a un rôle secondaire dans cette série de 58 épisodes, c’est troublant.

L’hypothèse la plus probable, c’est que ce nom soit un petit clin d’œil au couple qui a beaucoup ému la France ces années là !

J’entends Jeanne Birkin et Serge Gainsbourg bien sûr. Comme ce couple, cette explication restera mythique …

Alors le Sport, l’Amour, une association qui a depuis longtemps fait ses preuves dans le monde de la fiction ! Pour faire vibrer nos cœurs!

Comment se dépasser s’il n’y a pas un regard qui nous enveloppe de son amour?

Pour vivre nos aventures, chacun d’entre nous a besoin de trouver un soutien !

Dans sa famille, ses amis ou même dans ses souvenirs…

Pour Jeanne, Serge est un être idéalisé, fantasmé!

Le soutien vient aussi de son équipe, de sa famille, son entraîneur… Bref elle tire toute son énergie du collectif.

Et pour le Volley Ball, d’où vient cet engouement?

Il faut faire un petit détour par l’histoire sportive du Japon !

En 1964, il a été la première nation à remporter l’or olympique avec son équipe féminine. C’est pas rien dans l’histoire des Jeux Olympiques ! Si vous voulez en savoir plus, direction ce bel article de Tokyo2020.org

Remise des médailles après la finale de Volley Ball féminin de Tokyo 1964 opposant le Japon à l’Union Soviétique.
©1964/ Kishimoto/IOC

C’est depuis cette période que le Volley Ball est devenu un sport très populaire au pays du Soleil Levant. Tous les 4 ans, c’est au Japon que se déroule la coupe du monde de Volley Ball de la FIVB.

Rien d’étonnant que le créateur de ce dessin animé, Shizuo Koizumi, ait réussi à conquérir les cœurs ! Et au delà des frontières nippones, il offre au monde un bel exemple de combat sportif!

💔💔 pour « Olive et Tom »

Et ouiiii, les filles aussi sont des fans de ce dessin animé !

Cette série animée, elle aussi japonaise, décidément ce sont de véritables champions, a été diffusée en France en 1988. D’abord transmise sur La Cinq dans l’émission Youpi, l’école est finie, puis dès 1991 dans le Club Dorothée.

Son auteur, Yôichi Takahashi, déjà sous le charme du Football dans ces années 80, voguait à contre courant.

Yôichi Takahashi à Paris, mai 2019

Eh oui, l’empire nippon était culturellement quasi étranger à ce sport co.

Pourtant, son manga, de son véritable nom Captain Tsubasa, va rapidement devenir une référence culturelle internationale.

Pour le plaisir, écoutons le générique francophone de l’époque!

Fille ou garçon, nous avons tous été emportés par les méga-frappes acrobatiques « Tir du Tigre, Tir de l’aigle, Catapulte infernale… » des joueurs! Thomas, le super gardien et rival d’Olivier, n’a qu’à bien se tenir!

Comment Olive et Tom ne pourrait-il pas devenir un succès?

Mission IMPOSSIBLE!

En 1982, l’Italie de Rossi remporte la coupe du monde de Football, la France de Platini devient championne d’Europe en 84, l’ Argentine de Maradona est sacrée championne du monde au Mexique en 86…

Le rond fait tourner les têtes et le Football est retransmis sur toutes les chaînes TV. D’un sport populaire, il transite par l’éclairage médiatique et devient un Indispensable!

Maradona, icône des transis du foot, a marqué les esprits autant qu’Olivier, ce personnage probablement né à l’image de ce Dieu du foot.

Où en est Olive et Tom aujourd’hui, en 2021?

Pour beaucoup de quarantenaires, ce dessin animé fait parti de leur histoire. Alors quand on annonce la sortie en 2020 d’un jeu vidéo Captain Tsubasa à l’effigie de ces personnages, ça fait bondir les cœurs et enthousiasmer plus d’un!

Pour en savoir plus sur la sortie de ce jeu, par ici.

Continuons avec mon dernier coup de cœur Années 80!

💔Princesse Sarah

Encore une série animée japonaise, diffusée d’abord sur feu La Cinq en 1987 puis sur les autres chaînes phares de l’époque.

Après avoir perdu sa maman, Sarah se retrouve abandonnée par son papa dans un collège pensionnat pour jeunes filles de Londres, capitale qu’elle découvre pour la 1ère fois.

Le père, rappelé par son commerce dans les Indes, confie sa fille à Mlle Mangin le temps nécessaire. La situation va dégénérer et la jeune fille accepte les aléas sans rechigner.

Retour vers le pathos avec le générique!

Et tout le long des 46 épisodes, l’auteur, Ryūzō Nakanishi, nous attache à un modèle de résilience enfantine. Cette fillette, véritable princesse de cœur, va connaître plusieurs aventures douloureuses qu’elle va sublimer.

Quels valeurs sont transmises par le créateur de Princesse Sarah?

Il semble que Ryūzō Nakanishi en s’inspirant du roman La Petite Princesse de Frances Hodgson Burnett a voulu proposer aux téléspectateurs un personnage à la double psychologie: nippo-britannique.

Le pardon est la valeur phare !

Sarah, accepte les punitions même lorsqu’elle est innocente, refuse de se venger des personnes qui l’attaquent gratuitement… Véritable martyre et charitable de surcroit!

Voici un extrait de la liste avec le nom des épisodes en français, c’est quasi dramatique!

Extrait de la liste du titrage des épisodes dans la version française, capture « a-suivre.org »

Les valeurs nobles de l’Empire et de la Monarchie constitutionnelle semblent lourdes à porter pour les épaules de cette fillette. On a tous envie de la SAUVER, la sortir de cet enfer!

Nos parents pensaient peut-être à une autre princesse, feu l’exceptionnelle Lady Diana.

En recherchant sur le net quelques liens diplomatiques entre ces deux nations dans les années avant la création de Princesse Sarah, j’ai trouvé quelques pistes pour lier fiction et réalité.

Banquet à Buckingham Palace en l’honneur de l’empereur du Japon, Hirohito en 1971. Crédit photo: noblesseetroyautes.com

Visites de chefs d’état au cours des années 70, programme d’échanges de professeurs… Admiration mutuelle entre ces deux états qui a sûrement influencée le créateur!

Comme beaucoup de fillettes de 8/9 ans, je me suis identifiée à ce personnage.

Les produits dérivés, moins présents qu’aujourd’hui, étaient déjà là ! Et j’étais morte de jalousie quand j’ai vu ma copine d’enfance avec un ensemble hiver, manteau, bonnet et gants « Princesse Sarah » alors que moi, j’en rêvais!

Nos désirs nous rendent la vie dure. Enfin, toujours moins dure que la vie de la petite Sarah!

Depuis mai 2020, la version remasterisée Princesse Sarah est disponible sur YouTube pour les accros.

De mon côté, je n’ai plus tellement envie de voir mes enfants, en particulier mes filles, s’attacher à ce personnage. Trop pathétique…

Elles se régalent avec les Spies, des héroïnes plus « légères » . A chaque génération son bouillon de culture!

Et vous, quels sont vos dessins animés préférés?

Partagez vos émotions dans les commentaires…

Ma vidéo Top 3 Dessins Animés des années 80

Imene Sahbi, bloggeuse Histoires près de Soi

Traitement en cours…
Terminé ! Vous figurez dans la liste.
Catégories
Hommages

Avalanche économique 2020 pour les stations françaises de Sports d’Hiver

ou comment remonter la pente ?

Vous vous demandez probablement : « Est-ce qu’on va à la montagne quand même cette année malgré les restrictions liées au COVID ? Mais si le domaine skiable est fermé, qu’est-ce qu’on va pouvoir faire ? …. »

Et oui, comme pour les gérants de salles de spectacles et tous les acteurs du marché de la culture, les annonces du 10 décembre ont fait trembler les protagonistes du tourisme de l’or blanc, comme nous le rappelle cet article lesechos.

En effet, la période de Noël représente 13% du chiffre d’affaires des 350 stations de ski françaises. Alors la décision du conseil d’Etat de maintenir fermés le domaine skiable et ses remontées mécaniques jusqu’au 7 janvier 2021 n’est pas sans conséquences, à lire cet article instructif du site économie. gouv. Mais il ne faut pas sous-estimer ce secteur du tourisme français !

Habitué à faire face aux aléas de la météo, saura-t-il s’adapter ?

Comment le tourisme de montagnes a fait face aux conséquences de la 1ère vague de confinement ?

Calme et Souplesse : Maîtres mots des pro de la montagne !

Un plan Com qui rassure !

Toutes les stations de ski le rappellent sur leur site à leurs clients : les mesures sanitaires anti COVID sont mises en place de manière rigoureuse pour garantir un séjour le plus sécure possible.

Plan Communication station village Morzine, Alpes, proche frontière suisse

Ils ont également lancé une mesure « Conditions d’annulations particulières » qu’ils proposent en supplément à l’habituelle « Assurance annulation ».

Un caméléon du tourisme : l’exemple de Tignes dans le Val d’Isère

Les stations dont la clientèle est majoritairement étrangère, anglaise ou hollandaise, ont dû très rapidement réagir. Dans le Val d’Isère par exemple, la station de Tignes s’est rapidement adaptée aux aléas liés à la crise sanitaire. En changeant son fusil d’épaule, elle propose un nouveau plan marketing destiné à drainer une clientèle de proximité.

Avec une Toussaint enneigée, le taux de fréquentation de Tignes sur cette période augmente de 30%. Même si l’expérience n’aura pas durée, 12 jours d’ouverture seulement, le pari est gagné.

Alors que la neige est bien là cette année, quelles activités peut-on faire en dehors du ski alpin ?

De l’observation expectative à la pratique sportive et ludique, il y en a pour tous les goûts !

Prenons de la hauteur !

Si comme moi, vous appréciez les différents points de vue, vous serez enchantés de vous lancer dans un baptême de l’air, le site savoie-mont-blanc. com vous permet cette expérience aérienne en toute sécurité. Découvrir les montagnes en avion ou hélicoptère offre de nouvelles perspectives. Masque obligatoire pour les plus de 11 ans!

Survol massif du Mont Blanc hélicoptère-CMBH

Vous pouvez également opter pour le parapente, une manière douce de redécouvrir cet espace. Comme les samares des érables, vous serez portés par les vents jusqu’à l’atterrissage.

Né du « Slope soaring » ou vol de pente avec le pilote de l’US Air Force, Dave Barish, dans les années 60, le parapente sera développé en France par les parachutistes membres du paraclub d’Annemasse en Haute-Savoie. En décidant de décoller d’une montagne pour se poser dans le fond d’une vallée, ils organisent le 1er vol en vol de pente en 1978.

Cette pratique d’abord prisée par des alpinistes-parachutistes fera rapidement des émules. En parallèle au développement technique et à un encadrement d’abord par la FFP, Fédération Française de Parachutisme, puis par la FFVL, le parapente sera ouvert aux non pratiquants.

Et si on retombait sur nos pieds !

Pour ceux qui aiment garder les pieds sur terre tout en fournissant un bel effort sportif, rien de mieux que la randonnée en raquettes pour bien remplir son séjour montagnard.

Mais toujours 6 adultes maximum ! Les parcours proposés sont variés, en forêt de mélèzes ou, pour les plus aventuriers, sur les cimes des crêtes.

Vous pouvez aussi opter pour une balade à pieds. De nombreuses stations ont adapté des chemins spécifiques aux piétons, évitant ainsi les risques d’accident avec les skieurs. Ces chemins permettent d’effectuer des visites du patrimoine culturel montagnard, en famille ou seul !

Centrale hydroélectrique des Vernes, vallée de la Romanche

Pour la glisse cet hiver, vous pourrez compter sur le ski nordique pour désencombrer vos voies respiratoires. Après les Alpes du Nord, ce sont le Jura, les Vosges puis le Massif central qui ouvrent leurs domaines nordiques, enfin rejoints par les Pyrénées atlantiques. Cette activité, d’abord conçue comme un moyen de transport pour les hommes et les marchandises, est très ancienne.

Peinture rupestre, Norvège.

On a retrouvé en Russie dans les années 30 des peintures rupestres datant de plus de 6000 ans. Des chasseurs sont représentés sur une planche rectangulaire avec des perches dans les mains, ancêtres des skis actuels.

Entré en 1924 comme sport olympique, le ski est aujourd’hui découpé en morceaux : de fond, alpin, randonnée, SRN… pour satisfaire des aspirations diverses et continuer à drainer un grand panel de consommateurs de glisse.

 Et si la vue de ces grands espaces ne suffit pas, vous pouvez également profiter de la glisse sur traîneau.

Les chiens de traîneau sont autorisés à vous balader pour une explosion de sensations.

Le ski alpin, petite histoire du grand absent 

Une ascension rapide et vertigineuse, le ski alpin a conquis le cœur des touristes en moins d’une cinquantaine d’années. Dans les années 60, les pâturages laissent place aux stations qui se multiplient dans les montagnes françaises.

Les vallées iséroises seront transformées avec le soutien du Plan neige mis en place par l’Etat en 1964 pour encourager les initiatives régionales dans l’aménagement de ces espaces. C’est le début de la démocratisation des sports d’hiver en France.

Traitement en cours…
Terminé ! Vous figurez dans la liste.

Les compétitions internationales comme les jeux olympiques d’hiver de 1968 à Grenoble vont accélérer cette métamorphose.

On se souvient tous du film sur les sports d’hiver de 1979, Les bronzés font du ski, entré depuis dans l’imaginaire collectif. La pratique des sports d’hiver devient loisir rituel pour le français moyen ; et nos stations sont les plus visitées avant les Etats Unis et la Norvège. Elles font le plein de vacanciers sans discontinuité, jusqu’à ces dernières années où d’autres défis sont venus perturber ce commerce florissant.

Réchauffement climatique versus enneigement, remise en question du paysage architectural des années 60, souhait d’une offre de divertissement plus large, pas seulement centré sur le ski etc…et aujourd’hui, le défi COVID à relever.

La saison d’hiver 2020/2021 sera très probablement un temps charnière pour le secteur du tourisme de la montagne, où innovation devra rimer avec écolo-sécurité.

Restez dans le thème de l’hiver en lisant l’article:

Conseils pour ne pas avoir froid aux pieds l’hiver

Imene SAHBI, blog Histoires près de Soi

Haut de page

Catégories
Hommages

Calendrier de l’Avent, Tradition pleine de surprises !

La tradition du Calendrier de l’Avent, pratiquée par des millions de familles, est vraiment très populaire aujourd’hui. On l’associe à la religion chrétienne sans vraiment connaître l’origine de sa naissance. J’ai fait quelques petites recherches pour vous!

  1. D’où vient le calendrier de l’Avent?
  2. Calendrier de l’Avent, encore une tradition familiale ?
  3. Marketing et tradition en Avant !

D’où vient le calendrier de l’Avent ?

Le très convoité calendrier de l’Avent est né chez nos voisins allemands au XIXeme siècle. « Adventskalender » ou encore « Weihnachts-Kalender » servait à l’origine d’outil pédagogique pour les familles chrétiennes protestantes. Chaque matin était offerte une image au jeune apprenti chrétien: Saint Nicolas conversant avec un groupe d’enfants, paysage de Judée, terre natale du Christ…

L’Avent, cette période de préparation pour les Chrétiens à la naissance spirituelle du Christ, a favorisé cette invention. Objectif: faire patienter les loulous et les instruire sur l’histoire de l’avènement du Christ en faisant imaginer les grands événements de sa vie et son enseignement. Ces familles ont donc créé ce calendrier de 24 petites images éducatives.

De nos jours, le format vidéo pédagogique pour les plus jeunes favorise une instruction religieuse plus ludique. Je vous invite à regarder la vidéo du Diocèse des Moulins présentant cette période. Le You Tubeur fait référence à une autre tradition chrétienne: la couronne de l’Avent avec ses 4 bougies allumées, une par semaine. Cette tradition présente aujourd’hui dans les églises catholiques symbolise la lumière apportée par le prêche de la messe dominicale, temps de communion pour les catholiques.

Revenons à nos moutons!…

Au début du XXème siècle, un éditeur allemand, Gerhard Lang, observe l’engouement pour ce calendrier et flaire son potentiel commercial. Vers 1908, il propose à la vente un calendrier en carton avec des images colorées. Puis très rapidement, le calendrier à fenêtres ou à portes avec ses surprises, est proposé à la vente.

Calendrier de l’Avent, encore une tradition familiale ?

Vers la fin des années 50, le calendrier de l’Avent est associé à la dégustation du chocolat. Aujourd’hui, le chocolat fait partie des incontournables.

Pour satisfaire les bouches sucrées, les familles lui associent d’autres activités: défis à relever, privilèges familiaux, poèmes à réciter, petits mots doux… À chacun sa bonne idée ! Pour beaucoup de familles, cette pratique réunie caractère éducatif et horizon festif.

Un calendrier éducatif, 100% bénef pour l’enfant !

En ouvrant une fenêtre par jour de ce calendrier, l’enfant apprend à percevoir le temps qui passe. Le calendrier de l’Avent, comme représentation du temps avec l’horizon du 25, la visite du père Noël, rend concrète sa perception temporelle. C’est un outil pédagogique utilisé dès la maternelle par les professeurs des écoles pour accompagner cet apprentissage.

Résultat recherche google images « calendrier de l’Avent dans les écoles »

L’enfant apprend aussi à gérer sa frustration. Même s’il a très envie d’ouvrir les fenêtres suivantes, il se contrôle et patiente. Le plaisir de la prochaine « rencontre » n’en est que plus grand!

Cette tradition, par le plaisir qu’elle procure, est largement soutenue par la communauté des psychologues. Russell Grieger, psychologue américain et professeur à l’Université de Virginie dans un article publié en 2013, insiste sur l’importance de créer des réseaux du bien être dans le cerveau par les gestes répétés du quotidien.

Qu’en est-il de l’expression créative ?

Est-ce par mimétisme ou par désir d’expression mais on constate dans les foyers un regain d’intérêt pour la confection de calendriers de l’Avent personnalisés. Les amateurs de loisirs créatifs s’en donnent à cœur joie. Les supports traditionnels, en carton et rectangulaires, sont largement concurrencés par des calendriers originaux, aussi bien par leurs formes que par le matériau choisi. Dans les boutiques de décoration comme chez les particuliers se mêlent des calendriers « Souliers du Père Noël », « Cœurs », « Sapins », « Chouette »… Ils se déclinent en bois, en métal doré ou cuivre, en tissu…et même en format numérique! Il y en a pour tous les goûts et les imaginaires.

Résultat Google Image « calendrier de l’Avent fait maison »

Pour beaucoup de familles, ce calendrier est une occasion d’expression de leur affection. Les plus motivées confectionnent aussi bien le support que les 24 éléments qui le composent. Pour ma part, je me contente de proposer sur notre calendrier « Petits cœurs métalliques » une série de défis personnalisés à relever par mes enfants s’ils veulent accéder au Graal. Je soutiens le proverbe: « Après l’effort, le réconfort! »

Marketing et tradition en Avant !

Depuis les années 50, les traditions religieuses, calendrier de l’Avent, Chasse aux œufs célébrée à Pâques, ont été prisées par les professionnels du marketing de la vente de chocolat .

Ce produit est omniprésent lorsqu’il s’agit de fêtes. Les industriels du chocolat en ont fait une voie royale dans leur stratégie de vente pour les fêtes de fin d’année. Kinder, Milka, Lindt… sont sur les têtes de gondoles des magasins et ne comptent pas se laisser déloger. Comme on peut l’imaginer, les responsables marketing sont sur les dents pour préparer au mieux le calendrier « successfully ». Toute l’équipe doit être créative !

Depuis une quinzaine d’années, de nouveaux business sont venus se greffer autour de la vente de chocolats.

D’autres stratégies commerciales coexistent comme celles qui s’adressent aux collectionneurs, aussi bien enfants qu’adultes.

L’objectif reste le même : offrir du plaisir au consommateur. Avec des collections de jouets figurine, le calendrier de l’Avent Playmobil par exemple remporte un franc succès. D’autres proposent des calendriers de puzzles 3D à l’effigie de personnages de dessin animé, films…. La liste est longue et les produits variés.

Plus récemment, on a vu apparaître sur le marché du Calendrier via le e-commerce des « calendriers-cadeaux« .

Le consommateur est invité à faire découvrir une gamme de produits. Par ce cadeau, le client peut offrir aussi bien des plaisirs de la bouche: champagnes, vins, fromages, voir même un calendrier lyonnais des plus insolites avec son 100% saucissons que des produits « Healthy », gamme de soins du corps, vernis à ongles…

Cette relecture de la tradition par le marketing s’appuie d’abord sur notre attachement à cette tradition qu’on soit religieux ou laïque et sur le mimétisme dans l’acte d’achat. Une orientation qui aujourd’hui rencontre beaucoup de succès.

Imene SAHBI, auteur blog Histoires près de Soi

Lisez aussi :

Provins :Marché de Noël médiéval versus Covid-19

Traitement en cours…
Terminé ! Vous figurez dans la liste.